Apprendre à dire NON sans avoir peur

“Sois toi-même, toutes les autres personnalités sont déjà prises.” Oscar Wilde

Vous souhaitez apprendre à dire NON sans avoir peur de vexer votre entourage ? Vous souhaitez apprendre à dire non pour apprendre à vous écouter ? Parce que c’est de cela dont il s’agit dire non à quelqu’un c’est dire oui à ses besoins. Soyez égoïste et pensez à vous. Si vous n’avez pas envie, ou pas le temps ou encore pas l’argent pour faire ce que l’on vous demande vous êtes dans votre droit de refuser. Maintenant que le décor est planté, il va falloir apprendre à dire non sans vexer et sans culpabiliser, voici comment.

1. La répétition pour dire NON sans avoir peur

Avec la technique de la répétition vous allez simplement répondre aux assauts de votre interlocuteur, vous allez dire non à plusieurs reprise pour qu’il lâche prise et que vous gagnez la partie, cette technique est aussi appelée la méthode du disque rayé. Il faut savoir l’employer avec diplomatie et justement pas comme un disque rayé, je vous propose un exemple :
 
Interlocuteur 1 : Tu viens en pause avec moi ?
Interlocuteur 2 : Non merci, j’ai du boulot par dessus la tête !
Interlocuteur 1 : Viens 5 minutes tu reprendras plus tard !
Interlocuteur 2 : Non vraiment il faut que j’avance
Interlocuteur 1 : C’est pas cool, je vais sortir seul !
Interlocuteur 2 : Je suis désolé mais j’ai vraiment du retard et ce soir je ne pourrai pas partir tard !
 
Il y a de grandes chances pour qu’au troisième NON votre interlocuteur lâche prise. Le but est vraiment de le faire avec tact et en reprenant les bases de la communication non-violente.
 

Dire NON sans avoir peur, c’est parfois éviter de le dire

Par moment, il vaut mieux éviter de dire non, si vous êtes en colère ou stressé et que vous ne pensez pas arriver à maitriser vos paroles, il vaut mieux esquiver la discussion pour la remettre à plus tard. Il y a aussi les manipulateurs ou manipulatrices qui sont difficiles à affronter… Pour leur dire non, vous allez utiliser la technique des hommes politique, le contournement.
Les mots magiques du contournement sont : « peut être » « on verra plus tard » « certainement »…, voici un exemple de conversation :
 
Interlocuteur 1 : Tu peux me conduire au bureau demain j’ai pas envie de prendre les transports en commun ?
Interlocuteur 2 : Peut-être, si j’ai le temps.
Interlocuteur 1 : Non il faut que je sache maintenant pour m’organiser.
Interlocuteur 2 : Si je te réponds maintenant ça sera un non ferme, je préfère prendre le temps d’y réfléchir.
Interlocuteur 1 : Mais tu penses que tu pourras ou pas ?
Interlocuteur 2 : Je ne sais pas, il faut que je voie mon organisation personnelle.
 
Dans ce cas de figure l’interlocuteur 1 préfère son confort à celui de l’interlocuteur 2, il ne s’en rend peut être même pas compte, mais l’interlocuteur 2 a des choses à faire et il ne peut compter sur personne d’autre que lui pour les faire. Le fait de remettre à plus tard a l’avantage d’éviter le conflit immédiat, et si l’interlocuteur 1 est compréhensif il prendra les transports en commun. Encore une fois, il ne s’agit pas de dire non pour dire non, mais si vous avez des impératifs ou des contraintes lourdes, il faut faire passer votre vie avant celle des autres.

L’analyse transactionnelle pour Dire NON sans avoir peur

L’analyse transactionnelle a été créé en 1958 par le psychiatre et psychanalyste Éric Berne, elle part du postulat des « états du Moi » (Parent, Adulte, Enfant). Cette analyse permet de savoir quelle partie de moi discute avec mon interlocuteur et quelle partie de mon interlocuteur discute avec moi.
 
Quand vous êtes sur une discussion ou il y a une décision à prendre il faut dans l’idéal que vous soyez sur votre « moi » adulte et votre interlocuteur aussi. Les adultes sont dans la logique et les deux savent discuter ensemble, alors que les parents sont dans la morale, la réprimandes, là ou les enfants sont dans la rébellion ou la soumission.
 
Cela demande un grand effort d’analyse au quotidien pour faire cette analyse lors de chaque discussion, mais essayer toujours de faire passer votre interlocuteur en mode adulte. Le seul moyen de le faire passer en mode adulte c’est de lui poser des questions du style : « ne penses tu pas que… » « et toi qu’en penses tu ? » « qu’est ce que tu en dis… »
Les schémas ci-dessous mettent en avant le fonctionnement des états du moi.

RECEVEZ GRATUITEMENT MON LIVRE

Laissez-moi juste votre e-mail pour que je vous envoie gratuitement mon livre numérique « Être pleinement heureux et en forme »

Regardez vos mails (n'oubliez pas les spams et l'onglet promotion sur gmail)

Pin It on Pinterest

Share This